Prochains matchs :

12/01/19 20:00
vs
18/01/19 20:30
vs
25/01/19 20:00
vs
Billetterie

Jean-Pierre JOUFFRAY

Poste

Racing Club de France (1976-1982)

PARLEZ-NOUS DE VOTRE PARCOURS AU SEIN DU BASKET FRANCILIEN ?

J’ai débuté ma carrière de basketteur à Suresnes avant de rejoindre le Stade Français en cadets juniors en 1966-68. Petit clin d’oeil à Solly Azar, Vice Président du PL, que j’ai croisé à cette époque sur les parquets.Puis je suis parti à Lyon pour poursuivre mes études tout en continuant à jouer au basket, ce qui m’a permis de devenir successivement Champion de France Universitaire avec la fac des Sciences de Lyon, et Champion de France avec l’Asvel. Et je suis très fier de la combinaison de ces deux titres.En 1976, à mon retour de Lyon, j’ai signé au Racing Club de France. A l’époque, je jouais avec Jacques Monclar, qui n’avait alors que 19 ans. Jacques est un ami de 40 ans et on voyait déjà qu’il avait un gros potentiel, autant sur un parquet, que en dehors.En 1982 j’ai arrêté de jouer et je suis devenu Directeur sportif de l’Equipe 1 du Racing. Puis en 1987 on a créé l’Association Paris Basket Racing dont j'étais membre ou Président en alternance.On s’occupait alors déjà beaucoup de la formation des jeunes (près de 300 jeunes, de 7 à 17 ans) et en plus on travaillait en support de l’équipe pro, et cela jusqu’à la fin de l’association.Il ne faut d’ailleurs pas non plus oublier que ce fut le premier club professionnel de Tony Parker.En résumé, on peut dire que je suis né dans le basket et que je ne l’ai jamais vraiment quitté.

QUELS SONT VOS MEILLEURS SOUVENIRS DE CETTE ÉPOQUE ?

En tant que joueur du Racing, tout comme par la suite, ce qui m’a le plus marqué c’est avant tout la fierté qu’on avait de représenter à la fois le Racing Club de France (le plus grand club omnisports d’Europe, avec ses 22 000 membres et ses 18 sections) et Paris. C’était un honneur de porter les couleurs de ces deux institutions du basket parisien.C’est aussi l’époque de Jacques Monclar et d’autres grands joueurs, tous fiers de représenter à la fois la Ville de Paris et le Racing, qui était alors déjà considéré, à tort, comme un peu ‘snob’. L’anti-parisianisme sévissait déjà et quand on se déplaçait en Province, l’ambiance était chaude mais sympa. En tant que joueurs, on n’en souffrait pas vraiment. Au contraire ! C’était plutôt une source de motivation. En tout cas, j’en garde de bons souvenirs !En tant que dirigeant sportif, mes 20 années à la direction du Racing et de Paris furent inoubliables. C’était des années florissantes du basket Parisien. On défendait Paris, le Racing et en plus on avait à nos côtés des partenaires prestigieux, comme Adia, Canal + PSG, le Groupe Nicollin.

AUJOURD'HUI, POURQUOI SUPPORTEZ-VOUS LE PARIS LEVALLOIS ?

Le PL, j’en suis très fortement sympathisant. Je suis de très près le basket francilien. Je connais pas mal d’anciens à la fois du Racing et de Asnières/Levallois qui font partie de l’équipe dirigeante et du staff du Paris Levallois.J’y ai beaucoup d’amis et, que l’on vienne de Paris ou de Levallois, au Paris Levallois on trouve de grands noms du basket francilien. La situation dont a hérité le Président Francis Flamme du Paris Levallois après la fusion entre le PBR et le LSCB en 2007 n’était pas facile. Et pourtant le Paris Levallois a remonté la barre et retrouvé sa place dans le paysage du basket hexagonal. C’est une équipe à laquelle je souhaite beaucoup de succès.

SELON VOUS, QU'EST CE QUI CONSTITUE SON IDENTITÉ, SON ADN ?

La renommée du Paris Levallois s’est construite sur l’image d’un club sérieux. L’équipe administrative et technique est professionnelle, bien structurée et soutenue par des bénévoles très impliqués.Les joueurs du Paris Levallois savent qu’ils peuvent compter sur une vraie organisation derrière eux.Sans oublier que le PL est depuis toujours un club formateur. En effet, la formation des jeunes a toujours été importante : 250-300 à mon époque, et plus de 800 licenciés au PLA aujourd’hui. Et en plus, ils affichent de bons résultats.La Notoriété du basket francilien est quant à elle liée à la question de son identité. Le club a une véritable histoire, puisqu’elle remonte à 1922, avec la naissance de la section basket du Racing Club de France. Elle doit intégrer les cultures de Paris, de Levallois mais aussi du Racing. Le club aurait pu s’appeler Paris Levallois Racing, ce que j’avais alors proposé.

QUE PEUT-ON SOUHAITER AU PL ?

Dans un futur immédiat, je souhaite au PL qu’il se qualifie pour les Playoffs, même si pour Greg Beugnot, la tâche ne sera pas facile. Mais il a des circonstances atténuantes, et je pense qu’on peut y arriver. Et si on y arrive, après ça, avec le PL, tout peut arriver !A moyen terme, je souhaite au club francilien d’aller le plus loin possible. Le Paris Levallois est et restera une très belle équipe de Jeep ELITE. Et si le club pouvait trouver, en plus, un très gros investisseur intéressé par le basket à Paris, ce serait encore mieux.

Translate »